Rallye Passion 52 | Rallyes du nord-est de la France

22 juin 2016

LE CITROËN RACING TROPHY TOUCHE TERRE À LANGRES

Après deux épreuves sur asphalte, au Touquet et à Antibes, le Citroën Racing Trophy entame sa saison sur terre avec le Rallye de Langres. Vainqueur des deux premiers rendez-vous de l’année, Yohan Rossel arrive en leader, avec Laurent Pellier et Axel Garcia en embuscade. Onze DS 3 R3 prendront le départ de cette épreuve.  

IMG_3911 copie

Avec deux victoires en deux manches du Citroën Racing Trophy, Yohan Rossel réalise un début de saison parfait. Il a fait le plein de points sur asphalte, avant d’entamer une série de trois épreuves sur terre, une surface sur laquelle il s’était montré moins à l’aise par le passé. Mais l’expérience accumulée doit lui permettre de franchir un cap.

En premier lieu, le Gardois devra surveiller Laurent Pellier, auteur d’une série de podiums dans les formules de promotion Citroën : il en est à neuf consécutifs, que ce soit au volant d’une DS 3 R1 ou R3 ! Pour compenser son manque d’expérience sur terre, Pellier a participé à deux épreuves sur cette surface en début d’année, avec notamment une victoire de catégorie au Rallye Terre des Causses. En lice pour le titre, il peut se rapprocher de la tête du classement général, tout comme Axel Garcia, qui présente lui aussi un déficit de roulage sur terre. Thibault Radoux, troisième à Antibes, voudra lui garder le contact avec les hommes de tête.

Olivier Spampinato, sorti au Touquet, s’est repris avec une quatrième place sur la Côte d’Azur, et voudra poursuivre sur sa lancée en visant les gros points. Présentant un long pédigrée dans la catégorie deux roues motrices, et notamment sur terre, Mickaël Prévalet cherchera à retrouver le podium en Citroën Racing Trophy, après sa deuxième place à Antibes l’an passé.

Denis Millet, auteur d’un début de saison mitigé en DS 3 R3, retrouve son revêtement de prédilection. Ses derniers succès en Citroën Racing Trophy remontent d’ailleurs à des épreuves sur terre, où il a souvent affiché une très belle régularité. Il compte une expérience qui pourrait faire la différence, tout comme Jean-René Perry, qui s’était distingué en Championnat FIA Junior WRC l’an passé, avec deux top 5 au Portugal puis en Finlande.

Hervé Gagneur, absent à Antibes, retrouve le Citroën Racing Trophy, après son abandon mécanique au Touquet. Thierry Colney, fidèle des épreuves sur terre du Trophy, sera un sérieux client pour les places d’honneur. Serge Chapus fait lui aussi son retour dans la discipline à cette occasion.

Le samedi 25 juin, deux boucles de trois spéciales s’enchaineront, pour un total de 70,2 kilomètres de spéciales. Le lendemain, deux spéciales seront à parcourir à deux reprises, avec 58,2 kilomètres de secteurs chronométrés. Après cette épreuve, les concurrents du Citroën Racing Trophy marqueront une pause jusqu’à la fin du mois d’août et le Rallye Terre de Lozère.

LISTE DES ENGAGÉS

  1. Yohan Rossel – Benoît Fulcrand
  2. Laurent Pellier – Benoît Neyret-Gigot
  3. Axel Garcia – Sébastien Poujol
  4. Thibault Radoux – Anthony Grégoire
  5. Olivier Spampinato – Guillaume Courbois
  6. Mickaël Prévalet – Jérôme Pala Santos
  7. Denis Millet – Romain Blondeau-Toiny
  8. Jean-René Perry – Christopher Guieu
  9. Hervé Gagneur – Jean-Philippe Desnoyer
  10. Thierry Colney – Patrick Fortmann
  11. Serge Chapus – Mathieu Favreau

CLASSEMENT GÉNÉRAL 

  1. Rossel 50 points – 2. Pellier 36 pts – 3. Garcia 23 pts – 4. Radoux 15 pts – 5. Hauswald et Spampinato 12 pts – 7. Defert et Prévalet 10 pts – 9. Millet 8 pts – 10. Perry 6pts – 11. Valéry 4 pts

Posté par rallyepassion52 à 22:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 juin 2016

Rallye Terre de Langres 2016

7ddb74_040922ec0b314a2d923d01f72e85d1f5~mv2La 17ème édition du Rallye Terre de Langres Haute-Marne se dispute les 25 et 26 juin sur les chemins haut-marnais. Au programme de ces deux jours de compétition, 122,62 km de secteurs chronométrés renouvelés à 70% et répartis en 10 spéciales (3x2 le samedi et 2x2 le dimanche).

Parmi la centaine d'équipages attendus au départ il faudra compter tout d'abord sur le leader du Championnat Julien Maurin (Fabia R5) mais aussi Matthieu Margaillan qui dispose de la même monture et bien sûr Jean-Marie Cuoq (C4 WRC) que l'on ne présente plus. Sans oublier les DS3 R5 de Frantz Comoli et Mickaël Reydellet ainsi que les WRC de Paul Chieusse (307) et Cyrille Feraud (Lancer).

A noter également la présence des formules de promotion Peugeot et Citröen où la bagarre fait rage à chaque manche. Parmi les onze DS3 R3 engagés en Citroën Racing Trophy, Yohan Rossel, Laurent Pellier, Denis Millet où encore Jean-René Perry devraient animer les avant-postes. Vingt-cinq 208 sont attendues en 208 Rally Cup où les prétendants à la victoire sont nombreux. Parmi eux figurent Pepe Lopez, Manu Gascou, F-X Blanc, J-P Monin,...

 

 

IMG_4003 copie


 

Notre équipe sera présente pour les vidéos et photos.

Posté par rallyepassion52 à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2016

Photos Rallye Dijon Côte d'Or 2016

Les photos du Rallye Dijon Côte d'Or 2016 sont en ligne !

IMG_8571 copie
Cliquer sur la photo pour accéder à l'album

 


 

IMG_8525 copie

IMG_8578 copie

IMG_8846 copie

IMG_8848 copie

IMG_8569 copie

IMG_8814_tonemapped copie


 

Posté par rallyepassion52 à 21:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Photos Rallye du Val d'Agout 2016

Les photos du Rallye du Val d'Agout 2016 sont disponible dans cet album.

IMG_5519 copie
Cliquer sur la photo pour accéder à l'album


IMG_0292 copie

IMG_5529 copie

IMG_5309 copie

IMG_5226 copie

IMG_5579 copie

Posté par rallyepassion52 à 19:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2016

Vidéo Rallye Dijon Côte d'Or 2016


Posté par rallyepassion52 à 18:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


06 mai 2016

Rallye Dijon Côte d'Or 2016

affiche dco 2016La 15ème édition du Rallye Dijon Côte d'Or, disputée les 7 et 8 mai, propose un rallye moderne et historique (VHC et VHRS). Deux étapes sont au programme avec 12 épreuves spéciales (134,9 km).

Après une édition 2015 faible en engagés, le rallye retrouve un plateau digne de ce nom avec une centaine d'équipages au départ. Etienne BOUHOT (208 T16 R5), fidèle à l'épreuve Dijonnaise, apparaît comme favori mais devrait compter comme les années précédentes sur Antonin MOUGIN (207 S2000) pour se battre pour la victoire également. D'autres devraient jouer devant aussi comme Mickaël PREVALET (DS3 R3), le suisse Laurent VUKASOVIC (Fiesta R5), Ghislain BARBIER (207 R3), Ludovic LANQUETIN et sa nouvelle DS3 F2000/14, Guillaume CARITEY (207 S2000), Mathieu ARTZNER (106 S16), Jérôme POTARD (Clio F2000/14), John-Henry HINGER (Impreza R4), Styve JUIF (207 R3), etc.

Liste des engagés

Classement live

Infos : www.asadco.net

 

 


Les équipages Rallye Passion 52

Anthony FRANCK et Mélodie ARTZNER (208 R2)
Manu DESSY et Vivien ROBINET (106 XSI)
Claire-Marie DESSY et Flora BILLOTTE (106 XSI) 

 

Notre équipe sera présente pour les vidéos et photos samedi.

Posté par rallyepassion52 à 15:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 avril 2016

Photos e-Prix Paris 2016

Pour changer un peu du rallye, voici quelques photos de la première édition du e-Prix de Formule E à Paris.

IMG_8372 copie
Cliquer sur la photo pour accéder à l'album


IMG_8254 copie

IMG_8475 copie

IMG_8270 copie

IMG_8389 copie

IMG_8276 copie

Posté par rallyepassion52 à 21:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2016

CITROËN RACING EFFECTUE LES PREMIERS ESSAIS DE SA WORLD RALLY CAR 2017

 Conformément au planning établi, Citroën Racing a procédé à la première séance d’essais de la voiture qui sera engagée en Championnat du Monde des Rallyes à partir de la saison prochaine. Sur les pistes en terre du Château de Lastours puis de Fontjoncouse, Kris Meeke a déjà pu éprouver la fiabilité et les performances de ce modèle de nouvelle génération.

_NZS2257

Avant toute chose, il convient de rappeler ce qu’est une World Rally Car dans sa définition 2017. Car la rupture avec les modèles apparus en 2011 promet d’être franche, pour les yeux comme pour les oreilles ! Elargie de 55 mm, la carrosserie bénéficie de plus grandes libertés aérodynamiques, avec un bouclier avant équipé d’une lame, des entrées et sorties d’air proéminentes, un diffuseur arrière… La référence aux mythiques Groupe B des années 80 est totalement assumée !

Sous le capot, le moteur 1.6 turbo à injection directe est désormais équipée d’une bride de 36 mm, comme les Citroën C-Elysée WTCC. Avec environ 380 ch sous la pédale de droite, les pilotes vont pouvoir s’en donner à cœur joie, d’autant que le poids minimum réglementaire est réduit de 25 kg et que la transmission intégrale est désormais équipée d’un différentiel central améliorant la motricité…

Vous avez dit excitant ? C’est normal ! Cette nouvelle génération de World Rally Cars a été imaginée par la FIA et les constructeurs pour insuffler un nouvel élan au WRC. Après avoir annoncé son retour dans la discipline à partir de 2017, Citroën compte bien prendre toute sa part dans ce renouveau, avec l’ambition de conquérir de nouvelles victoires et de nouveaux titres.

Pour la petite histoire, les tous premiers tours de roues de la dernière-née ont eu lieu le samedi 9 avril à Versailles, sur le petit circuit situé à proximité immédiate de Citroën Racing. Alexandre Bengué, le pilote d’essais de l’équipe, a été chargé d’effectuer les premiers kilomètres. Le lundi suivant, Kris Meeke s’est installé au volant du prototype pour une nouvelle session de déverminage. Dès la fin de son premier run, le Britannique affichait un large sourire qui en disait long sur le plaisir ressenti au volant !

Placée sous la responsabilité de Laurent Fregosi, le nouveau directeur technique de Citroën Racing, l’équipe chargée du développement a ensuite pris la direction du sud de la France pour la première véritable séance d’essais. Les ingénieurs Alexis Avril (chef de projet) et Didier Clément (responsable exploitation) n’ont pas choisi la facilité en retenant les bases du Château de Lastours et de Fontjoncouse. Régulièrement utilisés par des véhicules de rallye-raid, les chemins de terre pierreux ont constitué un redoutable banc d’essais pour la résistance du châssis, des suspensions, de la transmission et de la carrosserie.

Pour masquer autant que possible ses subtilités aérodynamiques, la dernière création de Citroën Racing a été parée d’une décoration ‘camouflage’, faite d’un motif rouge, blanc et noir dessiné par le bureau de style de Citroën. Le jeudi 14 avril, à 9h12, Kris Meeke et Paul Nagle ont débuté le programme fixé par l’équipe. Si ce moment constituait un aboutissement pour les ingénieurs et les techniciens chargés de concevoir et de construire ce premier exemplaire, il marquait aussi le début d’une nouvelle aventure !

Sans se départir de son large sourire, Kris Meeke a alterné les sessions de roulage et les debriefings techniques. Tout en alignant les kilomètres pour débusquer les inévitables problèmes de jeunesse, il s’est aussi attaché à analyser les réactions de la voiture en fonction des modifications de réglages.

Lors de la quatrième journée, Kris a cédé son baquet à Craig Breen. Chargé de synthétiser le travail effectué avec sa propre sensibilité, le jeune espoir de l’équipe Abu Dhabi Total WRT s’est montré tout aussi enthousiaste sur le potentiel et les performances de cette World Rally Car de nouvelle génération !

Revenue à Versailles, l’équipe doit maintenant dépouiller les giga-octets de données emmagasinées, et préparer les évolutions qui seront apportées pour la prochaine séance d’essais. Où et quand ? Mystère !

YVES MATTON : « L’ÉQUIPE A FAIT UN TRAVAIL EXCEPTIONNEL »

Que représentent ces premiers tours de roues pour l’équipe ?
« Il s’agit d’une des étapes majeures qui jalonnent un projet d’une telle ampleur. Les délais impartis pour la conception étaient serrés. Grâce à son savoir-faire et à son expérience, l’équipe a fait un travail formidable pour concevoir une voiture basée sur une nouvelle réglementation. En voyant notre World Rally Car rouler à la date initialement prévue et enchaîner les runs sans rencontrer de problème majeur, nous pouvons valider sereinement les prochaines échéances. Une nouvelle fois, ce qu’ont réalisé les femmes et les hommes de Citroën Racing est assez exceptionnel. »

Quelles ont été vos impressions en voyant la voiture rouler ?
« Cela correspond à ce que nous avions imaginé en discutant de cette nouvelle réglementation, faite pour rendre les voitures plus spectaculaires. Tous les facteurs que nous voulions améliorer, qu’il s’agisse du bruit, de l’impression de vitesse ou de l’agressivité sont déjà réunis, alors qu’il ne s’agissait que des premiers kilomètres de la voiture ! Je crois que les fans de rallye apprécieront la nouvelle génération du WRC. »

Ce n’est peut-être pas le point le plus mis en avant, mais ces nouvelles voitures seront aussi plus sûres…
« La FIA travaille depuis de nombreuses années sur le sujet et nous soutenons cette démarche. De notre côté, nous avons toujours été avant-gardistes dans le domaine, quitte à nous imposer des contraintes supplémentaires. Ce sera encore le cas avec cette voiture, qui sera encore plus sûre que sa devancière. »

Le fait d’avoir disputé un championnat sur circuit ces dernières années est-il un avantage ou un inconvénient ?
« Nous ne sommes jamais restés éloignés du WRC et notre base de données d’acquis a été mise à jour sans interruption. Notre programme en WTCC sera un plus, car il nous permettra d’avoir une approche différente. Auparavant, nous n’avions quasiment aucune expérience en matière d’aérodynamique. C’est désormais un domaine dans lequel nous disposons d’un véritable savoir-faire. De même, nous avons un moteur qui tourne depuis plus de deux ans avec un niveau de puissance et une durée de vie similaires au cahier des charges pour le WRC. Tout ceci sera bénéfique pour la suite du développement et l’exploitation de la voiture. »

Quelles sont les prochaines grandes étapes du projet ?
« Nous allons poursuivre les séances sur terre, puis entamer les essais sur asphalte. Une des étapes essentielles sera le moment où nous figerons la définition technique pour commencer à construire les voitures engagées en 2017. »

KRIS MEEKE : « J’AI TOUJOURS RÊVÉ DE CE MOMENT ! »

Vous êtes très entouré sur cette première séance d’essais, avec de nombreux ingénieurs et techniciens qui travaillent sur la voiture…
« Oui, tout le monde est vraiment à 100% et c’est fantastique ! Depuis deux ans et mon arrivée dans le giron de Citroën Racing, la priorité était sur le WTCC et le développement de la WRC était assez limité. Là, je sens une grande énergie, avec des ingénieurs qui reviennent au rallye avec l’expérience acquise en circuit. La machine Citroën Racing est lancée à pleine puissance et cela me motive pour faire un travail encore meilleur. Tous ensemble, nous pouvons faire quelque chose de grand dans le futur ! »

Avez-vous ressenti une émotion particulière lors de vos premiers tours de roues ?
« C’est toujours excitant de conduire une voiture pour la première fois. Mais là, je suis au tout début d’un programme majeur pour Citroën Racing et d’une nouvelle ère pour le WRC. C’est ce qui rend le moment si spécial. Je sais que tout le monde a beaucoup travaillé pour construire cette nouvelle voiture. C’est particulier pour eux aussi ! Maintenant, nous débutons une nouvelle étape du processus et c’est à moi de jouer. »

On compare souvent cette nouvelle génération de voitures aux Groupe B, qu’en pensez-vous ?
« Évidemment, c’est une période du rallye qui reste dans toutes les mémoires. Ces voitures étaient spectaculaires, avec leur style musclé et leurs gros ailerons. On revient à cet esprit, avec des voitures agressives mais en y ajoutant toute la technologie dont nous disposons en 2016. Pour avoir conduit une ou deux Groupe B, je peux vous dire que cela n’a plus rien à voir. Le potentiel de notre nouvelle World Rally Car est incroyable… »

Quelles ont été vos sensations lorsque vous avez commencé à attaquer ?
« Avec la puissance et l’efficacité aérodynamique, ces voitures sont fascinantes. Après mon premier run, un des mécaniciens a filmé mon visage. Je ne m’en rendais pas compte, mais mon sourire en disait long sur le plaisir que je venais de ressentir… »

Vous êtes peu à pouvoir parler concrètement de cet accroissement des performances, est-ce vraiment une bonne chose pour le rallye ?
« J’ai toujours pensé qu’il ne fallait pas que l’aérodynamique prenne trop d’importance, car le rallye ne doit pas devenir du circuit. Je crois que nous sommes à un bon équilibre et que ces voitures seront aussi excitantes à conduire qu’à regarder. Mais je pense que le facteur humain aura plus d’importance qu’à l’heure actuelle. À mon avis, les WRC 2017 devront rester exclusives au Championnat du Monde, comme les F1 ou les machines du MotoGP. »

Ces performances accrues vont de pair avec une sécurité améliorée…
« Chaque année, même si la réglementation n’évolue pas, nous allons toujours un peu plus vite. On ne peut pas empêcher la technologie d’évoluer. Ce changement de génération nous permettra de faire un grand bond en avant pour la sécurité du cockpit et la protection en cas de choc latéral. Nous allons dans la bonne direction. »

Terminons par le plus important : quelles étaient vos sensations sur la terre ?
« Dès les premiers tours de roues, j’ai senti que j’étais au volant d’une vraie machine de rallye, bien née. J’ai été impliqué dans le développement de plusieurs voitures ; généralement, on passe plus de temps à attendre qu’à rouler lors des premières séances d’essais. Là, j’ai pu accumuler les kilomètres et commencer à explorer les réglages. Comme dans un rêve ! »

Communiqué et photo : Citroën Racing

Posté par rallyepassion52 à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2016

Vidéo Rallye de Bourbonne les Bains 2016


Posté par rallyepassion52 à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2016

Résultats Rallye de Bourbonne les Bains 2016

Première victoire pour Ghislain Barbier

IMG_8248 copie

Comme lors de l’édition 2012 remporté par Jean-Paul Monnin départagé d’avec Stéphane Nicolet grâce au temps de l'ES1, le suspens a prévalu pour ce 7e régional de Bourbonne-les-Bains devenu certainement ouvert suite à l’abandon prématuré du favori désigné, John-Henry Hinger (Subaru Impreza R4, problèmes électriques). Avec sa Peugeot 207 RC (R3), Ghislain Barbier s’est placé en haut de l’affiche devant Jérôme Potard qui n’a pas lâché le morceau. Les deux hommes tenaient là une possibilité de remporter leur premier scratch. Ils abordaient le dernier tour séparés par 5s2. Dans l’ES5, Potard perdait 15s3 suite à une erreur et toutes ses chances de victoire. Barbier maintenait son rythme et s’imposait  à 26 ans, pour la première fois de sa jeune carrière.

Les deux dernières ES s’annonçaient elles aussi trépidantes pour la 3e place entre Cholley et Corberand, vaillant avec sa C2 F2-13, à 3s3 de la BMW M3, la 5e entre Franck et Bret (0s4 entre eux) ainsi que Cartier, Brouillard et V. Fores, perdant du 2e tour. Ces cinq-là sans oublier Mourey à 9s, se tenaient en 5s.

La dernière place revenait à Corberand et la 5e à Bret, vainqueur du Groupe N. Franck a contenu jusqu’au bout Caritey qui découvrait la 207 S2000 ex-Bouchy. Brouillard s’adjuge la classe N3. M. Mourey a pris le dessus sur V. Fores pour la 9e place.

 

Déclarations

- Ghislain Barbier (Peugeot 207 RC), 1er : « Enfin, la victoire scratch ! C'est ma première après deux podiums en 2016 et un fin 2015 avec la Saxo qui m'a privé souvent de belles places. Je suis content de ce résultat par rapport à ceux qui m'aident. C'est la première fois que Sabrina Guillaume (copilote de Steve Mourey, forfait pour moteur cassé) me copilotait. On est bien partis ce matin par rapport à la concurrence et Potard. Dans le dernier tour, on a chois les pneus mixtes alors que mon rival a tenté les sticks. Précédemment, on a opté pour des pluie. »

- Jérôme Potard (Renault Clio Ragnotti) : « J'étais trop chaud dans l'ES5 ! J'ai commis un tête-à-queue dans la montée du village qui m'a fait perdre 15s. J'avais fait un choix de pneus stratégique : des slicks. J'ai essayé de jouer avec ma Clio Ragnotti GrA ! Dans la dernière ES, j'ai assuré. Ce fut une belle bagarre. Il y avait du monde au départ. »

- Yoan Corberand (Citroën C2), 3e : « Ce fut un beau rallye avec une belle bagarre avec Cholley. Je me suis bien amusé. Les conditions étaient vraiment difficiles avec beaucoup d'eau. Je suis content de cette 3e place. »

- Patrick Cholley (BMW M3), 4e : « Des soucis électriques sont apparus à partie de l'ES3. On a changé les bougies à l'assistance. La voiture a failli s'arrêter dans la dernière ES. Elle est repartie heureusement ! »

- Sébastien Bret, 5e : « Un relais de pompe à essence m'a fait perdre 15s. Pour la 2e place, ça aurait été compliqué. Mais la 3e était possible. »

- Anthony Franck (Peugeot 208 VTi, 6e et 1er licencié de l'ASA Langres : « C'est un rallye très rapide. Avec ce copilote pour la première fois, ça s'est bien passé. Les pièges avec les coulées d'eau étaient nombreux. J'ai glissé contre une maison pas vite. Une aile et un bout de pare-chocs sont à réparer. C'est ma troisième victoire dans la classe R2 d'affilée après le Pays Avallonnais et Epernay-Vins de Champagne. »

Rallye de Bourbonne-les-Bains VHC

David Henry (Opel Ascona) s’impose avec quasiment 2min30s d'avance sur Rallet (Talbot Lotus). L'écart entre les deux hommes a toujours dépassé les 10s.

1. Henry-Plubel (Opel Ascona), 23min24s2 - 2. Rallet-Charton (Talbot Lotus), à 2min27s6 - 3. Biblot-Martin (BMW 325 IX), à 4min13s7 - 4. Schmitt-Pierrat (BMW 2002 Ti), à 6min08s8.


Déclaration

- David Henry (Opel Ascona), 1er : « Je n'avais pas prévu de participer à ce rallye. Je suis rentré de la montagne vendredi après-midi. Ce fut un rallye très rapide et très piégeur avec des coulées d'eau. Parfois, on s'est retrouvés en aquaplaning et on se demandait si ça allait passer ! Lors du premier tour, on est partis en slicks moulés et on roulait sur des oeufs. Ensuite, on les a ouverts. L'Ascona de PH Sport tenait mieux sur la route ! »


Rallye de Bourbonne-les-Bains VHRS

Pauthier remporte son premier rallye VHRS, Deliot n'étant pas au top dans l'ES5. Meunier complète le podium. Montagne est remonté à la 4e place durant ce dernier tour.

1. Pauthier-Goncalves (Toyota Celica Supra) - 2. Deliot-Delplanque (VW Golf GTi), à 3s - 3. Meunier-Perquis (VW Golf GTi), à 26s - 4. Montagne-Potel (Alfa Romeo), à 31s -  5. J. & E. Picquot (Peugeot 205 GTi), à 36s - 6. R. & L. Girault (Matra Murena), à 1min06s - 7. JM. & M. Bouquet (Peugeot 306), à 1min36s.


Résultats sur le site Internet www.brennusinfo.fr et infos sur la page facebook de l’ASA Langres.

 

Communiqué : F.Dart

Posté par rallyepassion52 à 23:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]